Extraits


Quelques morceaux choisis du livre pour vous donner une idée…

Introduction

Ce livre est dérivé d’un blog (http://www.lebloghomeschooling.com) que j’anime depuis 2005. Au fil des billets quasi-quotidiens, j’ai fait partager notre expérience de l’école à la maison à une petite audience qui l’encourageait par ses commentaires enthousiastes.
Que l’on appelle cette nouvelle tendance “homeschooling”, “école à la maison” ou “instruction en famille” (IEF), la progression est nette : de plus en plus de familles ont recours à ce moyen afin de mieux participer à la scholarisation de leurs enfants. Alors que cette pratique était vraiment marginale il y a dix ans, voilà qu’elle émerge désormais comme une alternative crédible à l’école traditionnelle.

C’est en constatant que cette pratique se développait et suscitait l’intérêt de plus en plus de famille que nous avons pensé qu’il était temps de passer du blog au livre. En effet, “l’école à la maison” provoque beaucoup de questions et d’hésitations souvent légitimes, il fallait donc un ouvrage de référence pour répondre à ces interrogations et fournir des exemples issus du monde réel.

La vocation de cet ouvrage est de vous démontrer qu’il est relativement facile et très profitable de scholariser vous-mêmes vos enfants. Notre expérience n’est évidemment pas reproductible à 100% mais elle sera une source d’inspiration utile si vous vous décidez à suivre cette voie.

6albums-photos
Une image regroupant les six albums utilisés pour illustrer notre ouvrage

Pour commencer, pourquoi avons-nous choisi de ne pas “faire comme tout le monde” ?
Le recours à l’école à la maison fut le fruit des circonstances pour nous, pas un choix idéologique souhaité avant la naissance de nos enfants. Mais le hasard a bien fait les choses : nous avons pu ainsi découvrir tout le potentiel de nos fils et participer à une aventure exaltante.
Nous avons aussi constaté que la pédagogie Montessori se prêtait formidablement bien à cette pratique « d’instruction individuelle et sensorielle ». Enfin, cerise sur le gâteau, les bénéfices de l’école à la maison touchent aussi les parents qui redécouvrent ainsi des matières apprises -sous la contrainte !- il y a longtemps et s’en imprègnent de nouveau pour la transmettre dans de meilleures conditions… Un progrès sur toute la ligne !

1- les circonstances de départ
Nos deux fils étaient scolarisés dans des écoles privées soit disant « haut de gamme », petites structures en région savoyarde, mais la qualité de l’enseignement y était médiocre et l’encadrement défaillant : notre ainé a été poussé dans la cour de récréation (qui n’était alors pas surveillée par un adulte… on croit rêver !) avec une telle violence qu’il en a eu un traumatisme crânien avec hémorragie interne. De son côté, le cadet s’est ouvert la tête, dans sa classe maternelle. Cette fois là aussi, les adultes étaient ailleurs !
Il faut dire que certains enseignants jetaient des craies sur les enfants bavards… Bel exemple d’attitude éducative !
S’en était trop, ces deux accidents nous ont ouvert les yeux : plus question de confier nos enfants à des structures incapables d’assurer leur sécurité. En plus de cette carence dramatique, le reste était décevant : absence de professionnalisme et valeurs discutables.

Nous avons donc commencé l’instruction à la maison avec nos enfants alors qu’ils avaient déjà eu une expérience de l’école tradionnelle. Avec notre troisième fils, nous n’avons pas hésité une seconde : pour lui, ce serait l’école à la maison dès le début !
Pour les deux grands, l’expérience a été partielle puisqu’ils ont réintégré le système classique en cours de collège alors que pour notre benjamin, la pratique de l’école à la maison est totale depuis le début de sa scolarité.

PDsystdecimalperles9

2- l’école à la maison et pédagogie Montessori
J’ai découvert la pédagogie Montessori à l’occasion de l’ouverture d’une école maternelle proche de chez nous, alors que nous habitions encore en région parisienne. Cette nouvelle école basait son enseignement sur cette approche que mon mari connaissait vaguement. Il m’avait encouragé à aller voir les présentations organisées par cet établissement avant son ouverture effective.
J’ai été immédiatement séduite par cette environnement et je me suis documentée sérieusement sur cette pédagogie1 et sa créatrice en participant à la traduction d’un des nombreux ouvrages disponibles uniquement en anglais.

Le matériel sensoriel est une des bases de cette pédagogie, il a un côté ludique et attractif qui aide l’enfant à comprendre. Le motto de la pédagogie est « aide-moi à faire seul » et résume bien tout l’enjeu qui s’applique avec acuité à une situation d’instruction sur mesure.

Au regard de notre expérience, le recours à la pédagogie Montessori est suffisamment épanouissant pour l’enfant sans lui imposer des cours par correspondance. Ces derniers imposent une démarche très structurée, séduisante sur le papier mais qui ne correspond ni aux attentes ni aux capacités de l’enfant dans ce contexte.

3- le rythme de la journée
La grosse période de concentration a lieu le matin. Il n’y a pas d’heure pour commencer la journée chez nous. Car cela dépend de la saison, de la fatigue de la veille, du jour de la semaine, etc.
Les activités extérieures étant journalières et à des heures assez tardives (et oui, on propose des activités aux jeunes enfants jusqu’à 20 heures le soir !), il est important pour l’enfant de commencer une journée de travail, en forme et le ventre plein !
En grandissant la période d’étude s’allonge et désormais il n’est pas rare d’atteindre 16 heures l’après-midi.

Les matières principales chez nous sont le français, les mathématiques et l’anglais. Souvent le matin suffit largement pour un travail approfondi sur ces thèmes.
L’enfant participe beaucoup à la vie quotidienne, car il passe du temps dans sa maison et sa famille. Il aime préparer lui-même son repas du midi. L’après-midi est consacrée au perfectionnement de sujets divers choisis par l’enfant ou issus de la vie quotidienne de notre famille.
Il fera la carte de l’Inde suite à la visite d’une personne y travaillant ; classera les animaux après avoir vu un renard ou une buse dans son entourage ; apprendra par coeur une tirade de l’Avare suite au plaisir procuré par le spectacle de la pièce de théâtre.

P1020649wtmk

4- bilan et perspectives
Nos valeurs éducatives sont : confiance en soi (tellement importante et tellement négligée !), estime de soi (l’une vient avec l’autre), progression et épanouissement.
Nous l’avons vu, l’enfant a soif de grandir et d’apprendre. Mis dans les conditions adéquates, il sait se concentrer et rechercher les difficultés (mais oui !). Il est capable de travailler seul mais aussi en groupe. Si on est attentif, il montre chaque jour une motivation que l’enseignement sous la contrainte a étouffée depuis longtemps. Du coup, les contrôles académiques imposés par le système sont vécus sans traumatisme et Damien fut même déçu de voir que le conseiller pédagogique s’intéresse finalement relativement peu à son travail.

Le retour dans le système traditionnel au niveau du collège ou lycée sera bien vécu car préparé de longue date2. L’enfant se sent fort des connaissances acquises. Il sait que c’est lui l’acteur de sa progression et nul contexte classique ne pourra désormais amoindrir cette capacité.

Bien sûr, nous ne nous attendons pas à ce que notre expérience et notre démarche fasse l’unanimité. Beaucoup de parents et d’enseignants vont se récrier :
- inapplicable pour la plupart des gens !
- trop élitiste, faut déjà avoir le temps et les moyens !
- séduisant en théorie mais quid de la pratique au jour le jour ?
- je ne me sens pas assez calé pour faire cela…
- c’est intéressant mais trop contraignant : comment fait-on quand on doit travailler ?
- ce n’est pas possible : l’école est obligatoire !
- encore un truc de secte… Comme si l’école française n’était pas assez bien !
- c’est un bon moyen de fabriquer des petits associaux… avez-vous pensé à la socialisation ?

Et ainsi de suite… Si nous avions touché un euro à chaque fois qu’on nous a posé la question de la socialisation, nous n’aurions plus besoin de vendre ce livre : nous pourrions le distribuer gratuitement !

Sérieusement, cet ouvrage est justement là pour répondre à toutes ces questions, avec honnêteté et des exemples concrets. Nous avons organisé ce livre selon les matières enseignées et non par l’ordre chronologique propre au blog. En revanche, nous avons gardé le format court des billets (tous illustrés par des photos prises sur le vif) qui permet une lecture facile. En plus de l’organisation par matières, nous commençons ce livre par une section “éducation” afin de répondre tout de suite aux interrogations les plus brûlantes.

Enfin, en conclusion, nous vous avons récapitulé les informations pratiques de base nécessaires pour débuter (déclaration à la mairie, contrôles académiques, etc.) ainsi que des liens et adresses utiles. Cette aventure passionnante ne concerne pas que votre enfant, elle va également vous permettre de toucher du doigt cette vérité profonde : enseigner, c’est comprendre réellement de quoi on parle.